Les Editos Bachiques de Jean Lapoujade, scribe de Tradition du Vin

Aimez vous les vins les autres - (janvier 2008)

Pendant que les flonflons des réveillons du nouvel an retombaient doucement en mille confettis flétris sur nos zincs endoloris par des vœux toastés « dix verres » mais peu variés, une brève journalistique faisait sourciller (et ce n''est pas peu dire) le scribe : la production mondiale de vin ne suffit plus à éponger les papilles assoiffées des consommateurs universels !

J''imagine déjà les nombreux lecteurs, viticulteurs ou bistrotiers, de cette feuille de chou (ou de vigne c''est plus sexy) transformer cette nouvelle en brève de compteur ! Mes amis, avant de vous titiller les bourses, tirebouchonnez vous un instant votre calebasse entanninsée : aujourd''hui, le vin français n''est connu qu''à travers deux ou trois appellations génériques. Les oenophiles de la planète sont largement traités par des surproducteurs bodybuildés venus de Californie, d''Australie ou du Transvaal avec des breuvages polyphénolisés standardisés plus ou moins réussis. Le résultat est là : nos petits vins de producteurs, créatifs et goûteux, sont souvent considérés par le terrien lambda, comme une mixture étrange de raisins fermentés pour clapet fromager. Alors, cessons de nous rabougrir le neurone dans un corporatisme régionaliste et susceptible et, tous ensemble, retroussons nous les amygdales et mettons nous au goulot pour enseigner le vin à ces gosiers en friche. Sinon, cette embellie viticole ira se faire boire ailleurs laissant dans nos caveaux des effluves amers propres à changer nos vins en vinaigre.

Aller au haut